shadow_left
Logo
frise
head_accueil.jpg
frise
Shadow_R
   
Histoire Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
nddoe01.jpgPar le passé, NOTRE DAME D'OÉ s'est appelée successivement : - Odacus - IX ème siècle ( Charte de Charles le Chauve ) - Odatus - 938 - Odoadus, Odiatum
- 1119
- Oe - 1209 - Oetus - 1211, 1270 ( Charte de Saint Martin ) - Parochia d'Oë - XIII ème siècle ( Cartulaire de l'Archevéché de Tours).


Avant la Révolution de 1789, Notre Dame d'Oë était dans le ressort de l'élection de Tours et faisait partie de l'archidiaconé d'Outre-Loire et du doyenné de Vernou. En 1793, il dépendait du district de Tours.

- La nef de l'église date du XIème siècle. Cet édifice a été réparé à diverses époques, notamment en 1540 et en 1720.

- Dès le IX ème siècle, la collégiale de Saint Martin possédait le territoire d'Oë. La viguerie de l'église appartenait à l'archevéché de Tours. En 1119, l'archevêque Gilbert donna ce droit à la collégiale de Saint Martin, qui l'attacha à une dignité appelée prévôté.

- En 1177, la collégiale de Saint Martin fut confirmée dans la possession de l'église d'Oë (ecclesia S. Marioe de Odoado). Le curé était nommé par le prévôt. Il existait dans cette localité une maladrerie qui fut réunie, par lettres patentes du 11 juillet 1698, à l'Hôtel Dieu de Tours.

Oë formait une châtellenie qui appartenait au prévôt. Le Logis seigneurial était à Saint Paterne, dépendant de la prévôté.

- La prévôté d'Oë - Cette prévôté, créée en 1119, constituait une dignité et un bénéfice dépendant de la collégiale de Saint Martin de Tours.

- Elle s'étendait dans les paroisses d'Oë, de Saint Paterne, de Sonzay, de Neuillé Pont Pierre, de Bueil, de Chemillé et de Neuvy le Roi.

- La châtellenie d'Availly lui fut réunie en 1785. Les mairies de la Roche, du Bois, du Plessis et de Launay relevaient du prévôt.

- Aux XIV ème, XV ème et XVI ème siècles, celui-ci tenait ses assises à Langennerie, à Saint Paterne, à la Bodulière et à Vouvray.

- En 1219, il y eut un accord entre le chapitre de Saint Martin et Robert de Brenne, seigneur de Rochecorbon, au sujet de l'exercice des droits de viguerie et de haute justice du prévôt d'Oë, sur le territoire de Vouvray. Le prévôt devait foi et hommage simple au seigneur de Pocé pour la dîme de la Cisse, appelée aussi dîme de la Varenne. La Roche Racan, relevait de la prévôté à foi et hommage lige et une paire d'éperons dorés.

- Le droit de présentation du prévôt appartenait au doyen de Saint Martin. Le titulaire était nommé par le chapitre, auquel ce privilège fut enlevé au commencement du XVIIIème siècle. A partir de cette époque, ce bénéfice, dont le revenu était évalué à 12.000 livres fut conféré par le roi.

LIEUX DITS - HAMEAUX

 
- La Bure - La Chassetière, ancien fief, relevant du château de Tours, des Grandes Brosses, du fief de Mettray, de la Roche Bourdeil, de la prévôté d'Oë, de Chanceaux, de l'Auberdière et de la Gatinière.

- La Chaise, ancien fief, relevant de la prévôté d'Oë - Les Besnardières - Champaigné, connu dès le IX ème siècle - La Bretonnière, ancienne propriété de l'Hôtel-Dieu de Tours.

- La Bourellerie, ancien fief, relevant de la Chaise - La Sainterie - Les Remettières, ancien fief, relevant du château de Tours - Le Tartereau, ancienne propriété de l'hôpital de Saint-Gatien.

- La Thomassière, ancienne propriété de la collégiale de Saint-Martin - Mazières, ancien fief, relevant de la prévôté d'Oë - Le Marais, ancien fief - La Martinière, ancien fief.

- La Noue - La Gallarderie - Tardine - Couleuvrou - La Soudelle - La Prévauderie - L'Hopiteau - La Baraudière, etc ...

PATRIMOINE :

lachassetiere.jpgLA CHASSETIÈRE est un élégant manoir élevé d'un rez-de-chaussée et d'un étage mansardé, éclairé par des lucarnes, et prolongé au nord par un bâtiment de servitudes.
Un pavillon qui le prolonge au sud est moderne. Dans le parc subsiste un cadran solaire pédiculé de 1723. (I.M.H).

Ce manoir aurait été, d'après certains auteurs construit au début du XVII ème siècle par Victor Brodeau, descendant de Jean Brodeau, marchand pelletier à Tours, qui possédait déjà le domaine en 1521. Mais l'architecture de l'édifice infirme cette opinion, et il est plus vraisemblable d'admettre que la date de 1720, gravée au-dessus d'une porte de la façade ouest, est celle de la construction de l'édifice.
Les Brodeau vendirent le domaine en 1656 à François Besnard, bourgeois à Tours.
Au début du XVIII ème siècle (Le siècle des lumières) une partie du fief appartenait à Joseph Aubry et une autre à Le Gras, inspecteur des fermes générales, dont les descendants furent seigneurs de la Chassetière jusqu'en 1782.
Ce fut peut être ce René Le Gras qui construisit le château actuel.
En 1782 celui-ci fut acquis par Philippe Vallée de Hautmesnil, ingénieur en Chef de la généralité de Tours. 

mazieres.jpgLE CHATEAU DE MAZIÈRES était un fief relevant de la prévôté d'Oë.
Une partie de mur d'enceinte qui clôt cette propriété date du XVIème siècle et a conservé deux échauguettes.
Le château est composé d'un corps de logis central dont la façade principale est couronnée d'un fronton triangulaire timbré aux armes de Beaumont et des d'Étienne de Vassy, et qui date du XVIII ème siècle, et de deux ailes le prolongeant au nord et au sud, ajoutées au XIXème siècle.
La Chaise relevait également de la prévôté d'Oë, et a appartenu à l'abbaye de Beaumont lès Tours.
A été acquis par la mairie en 2013 pour y transférer la mairie.

L'HÔPITEAU est une construction importante du XVIIIème siècle, qui fut habitée bourgeoisement.L'immeuble comprend un bâtiment principal dont la façade est couronnée d'un fronton triangulaire, et une aile en retour d'équerre.Un escalier avec rampe de fer forgé se trouve dans le bâtiment principal.Deux petits pavillons, contemporains du château, accostent la grille d'entrée de la cour.

 

laplaceetleglise.jpgL'ÉGLISE :
Bâtiment communal située au centre-ville, cette batisse possède une nef du XI ème siècle.
L'édifice a été remanié à diverses époques, notamment en 1540 et 1720 et restaurée intérieurement vers 1905.
L'église possède une galerie de vitraux classés.
Ces vitraux sont l'oeuvre du Maître verrier tourangeau LOBLIN (19 ème siècle) qui a su développer l'art du vitrail en Touraine.

Dernière mise à jour : ( 10-11-2014 )